La greffe de cheveux : de quoi s’agit-il ?

Greffe de cheveux

La chute de cheveux peut toucher aussi bien les hommes que les femmes bien qu’elle soit plus courante chez la gent masculine. Au fur et à mesure de l’avancée d’une calvitie s’installent parfois un sentiment de honte et un certain mal-être, l’impression d’avoir perdu son pouvoir de séduction. Cette situation étant mal vécue par les victimes, la greffe de cheveux s’impose comme une solution ultime et radicale contre la calvitie.

La greffe capillaire est une opération qui consiste à prélever des cheveux dans la zone occipitale. En effet, chez les personnes souffrant d’alopécie, cette partie reste préservée. C’est donc à cet endroit que les greffons seront prélevés puis réimplantés sur le devant de la tête, au-dessus du front, au niveau des tempes et au sommet du crâne, les parties où la tonsure est souvent la plus importante.

Les premières greffes dites minigreffes étaient peu esthétiques. La cicatrice laissée par la bandelette prélevée était trop visible. Le résultat de la transplantation n’était pas aussi probant qu’actuellement. Aujourd’hui, les avancées technologiques ont abouti à des greffes plus précises, plus esthétiques. La chevelure devient plus épaisse et offre un aspect tout à fait naturel au bout d’une période de croissance de quelques mois.

Où s’adresser pour une greffe de cheveux ?

La qualité de la transplantation capillaire dépend en majeure partie de la compétence du chirurgien en charge de l’opération. Rappelons que la greffe se déroule sous anesthésie locale. Pour qu’elle soit réussie, vous devez bénéficier d’une excellente prise en charge. La condition sine qua non est donc de s’adresser à un spécialiste. A noter que cette opération peut être pratiquée par un chirurgien esthétique, un dermatologue ou un médecin qui en a l’expérience. Dans tous les cas, le choix du praticien n’est pas à faire à la légère. Vous pouvez vous renseigner sur chaque praticien auprès du Conseil national de l’Ordre des Médecins. Renseignez-vous également dans votre entourage, notamment chez les personnes qui ont subi une greffe de cheveux.

Une première consultation d’un praticien de confiance doit permettre de répondre à quelques questions essentielles :

  • la calvitie est-elle définitive et n’y a-t-il plus d’espoir de repousse ?
  • quelle méthode de greffe est adaptée à votre cas, et quelles sont les différentes étapes ?
  • quels sont les traitements ou médicaments à prévoir avant, pendant et après l’opération
  • quelle est la conduite à tenir ?
  • quels résultats espérer de la greffe et quelle sera l’évolution de l’opération ?
  • y a-t-il des risques de rejet ?
  • quels sont les éventuels effets secondaires ?
  • quel est le prix total de l’intervention ?

Le praticien doit également pouvoir vous accompagner jusqu’à la fin de l’opération. Vous devez vous sentir en confiance avec votre médecin. Posez-lui toutes les questions qui vous taraudent. Il devra être en mesure de répondre à chacune de vos questions.

Les différentes méthodes de greffes de cheveux

  • La technique de la microgreffe folliculaire

Les avancées technologiques dans le secteur de la greffe capillaire ont permis de mettre au point des techniques de plus en plus précises. Les cheveux poussent par groupe d’un à 8 brins pour les plus nombreux. Ces groupes sont désignés comme étant des unités folliculaires. Ce sont ces unités qui sont prélevées sur la couronne puis redistribuées sur les tonsures.

  • La technique des lambeaux

Elle consiste à prélever une bande de cuir chevelu au niveau de la couronne, où les cheveux sont les plus épais. Cette bande sera ensuite fixée sur la zone frontale, sur les parties dégarnies. Cette chirurgie est assezlourde bien que les résultats soient visibles au bout de quelques jours. Cependant, les risques de complication sont importants, et les problèmes liés au sens de pousse des cheveux se posent également.

  • La Follicular Unit Transplantation

La technique de la FUT a vu le jour dans les années 90. Elle consiste à réaliser un prélèvement d’une bandelette d’une largeur d’un centimètre et de 12 à 23 cm de longueur entre les deux oreilles. À partir de cette bandelette seront prélevées les unités folliculaires qui seront ensuite transplantées sur la zone chauve. Cette technique offre des résultats probants qui seront visibles environ 8 mois après l’opération, aussi bien chez les hommes que chez les femmes atteintes de calvitie étendue. L’opération se déroule sous anesthésie locale et dure environ 3 heures. La cicatrice de la zone d’extraction peut être masquée par des cheveux, ce qui la rendra invisible.

  • La Follicular Unit Extraction

Cette méthode FUE consiste à prélever les bulbes à l’arrière de la tête à l’aide d’un punch, un instrument très fin et d’une grande précision, au niveau de l’occiput. Cette opération était auparavant réservée aux personnes dont la calvitie était peu importante. Aujourd’hui, grâce aux avancées technologiques, elle peut être appliquée aux alopécies de stade IV dans la classification d’Hamilton-Norwood et de stade III dans la classification de Ludwig. Si elle a pour objectif de mettre fin à la calvitie, elle est aussi une solution pour étoffer les cheveux trop fins ou pour obtenir une barbe, une moustache plus fournie, ou des sourcils plus épais.

  • Le minipunch

Cette technique existe depuis la fin des années 80. Comme la technique précédente, le prélèvement s’effectue à l’aide d’un punch de 2mm de diamètre, d’où son appellation de minipunch. L’opération donne des résultats probants avec la repousse de petits groupes d’une moyenne de 5 cheveux. Cette repousse survient au bout de trois mois. Les cheveux crépus peuvent prétendre à cette opération, contrairement aux précédentes méthodes qui ne conviennent qu’aux cheveux lisses ou bouclés de type caucasien ou asiatique. Les personnes qui ont déjà eu recours à une greffe utilisant la technique de la FUE peuvent aussi envisager le minipunch.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

0239

»