Conseils et astuces pour traiter la perte de cheveux

traitements contre la chute de cheveux

La perte de cheveux, quand elle est importante, est une calamité aussi bien pour les hommes que les femmes. Heureusement, il existe des solutions et traitements pour y remédier.

La chute de cheveux : ses causes et ses conséquences

La chute des cheveux fait partie du cycle normal de leur vie : elle est alors appelée chute télogénique. Pousse, repos, croissance et chute se succèdent sur une période de 5 ans en moyenne. Cependant, chez certaines personnes, ce cycle est accéléré et la chute intervient beaucoup plus tôt, avec parfois l’impossibilité d’une repousse. Un individu possède en moyenne 100 000 cheveux sur son cuir chevelu, 100 d’entre eux tombent au quotidien et se renouvellent presque immédiatement. Une chute de cheveux brutale est donc inquiétante, surtout si le seuil suscité est dépassé. Ses causes sont nombreuses et certaines sont d’ordre pathologique.

À certains moments de l’année, comme en automne et au printemps, les cheveux tombent en grande quantité, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car les chutes ne durent que six semaines. Les troubles hormonaux engendrés par l’accouchement chez la femme impactent également sur la santé des cheveux. Les cheveux perdent alors de leur éclat, se fragilisent et finissent par tomber. Ici encore, le phénomène, dit d’alopécie post-partum, dure pendant 6 à 8 mois. Les chutes passagères peuvent aussi résulter d’une hygiène de vie peu saine.

On recense d’autres cas d’alopécies, dont certains sont irréversibles. L’alopécie congénitale, l’alopécie androgénétique masculine ou féminine, ou encore une alopécie post-traumatique se traduisent par une chute de cheveux diffuse ou aigüe qui s’étend sur une très longue période.

Les solutions pour lutter contre la chute de cheveux

Pour le médecin traitant, connaître les causes de l’alopécie permet de prescrire un traitement adéquat. Un examen clinique approfondi couplé à un bilan sanguin sera préalablement effectué afin de déterminer les carences, d’éventuels troubles thyroïdiens et l’état du cuir chevelu. Un excès de sébum et un cuir chevelu squameux sont autant de facteurs qui favorisent la chute des cheveux.

Le médecin prendra le temps de définir le stade de l’alopécie en se référant à la classification d’Hamilton et Norwood pour les hommes, et la classification de Ludwig pour les femmes. L’alopécie peut aussi être d’origine infectieuse, telle que la pelade.

De nombreuses solutions ont vu le jour pour permettre aux principaux concernés de retrouver leur chevelure ou voir pour acheter du finastéride.

Les compléments alimentaires

Si la chute de cheveux est passagère, il est important de compenser les carences par des compléments alimentaires contenant du zinc, des complexes vitaminés comprenant de la vitamine B5 et H, et des acides aminés tels que la cystéine et la méthionine. Ces oligo-éléments et ces folates serviront à stimuler les terminaisons nerveuses des follicules pileux. Cette cure de compléments alimentaires devra s’effectuer durant toute la période de chute des cheveux.

Des soins capillaires non agressifs

Que la chute de cheveux soit temporaire ou chronique, les cheveux ne doivent pas subir de traitements trop agressifs, tels que les colorations chimiques, le lissage et le défrisage. L’utilisation d’un fer à boucler ou à lisser est également à exclure, car la chaleur fragilise et dessèche la tige et la racine capillaires, accentuant leur fragilité.

Il faut choisir ses produits avec soin. Optez pour des shampooings et après-shampooings au pH neutre, sans sulfates ni silicones. Les spécialistes s’accordent à dire que les shampooings antichute ne sont d’aucune efficacité. Ils rappellent également que l’utilisation de produits cosmétiques favorisant la production de sébum est à éviter pour ne pas alourdir le cheveu et précipiter sa chute. Ils préconisent par ailleurs un massage régulier du cuir chevelu associé à l’application de soins spécifiques disponibles en parapharmacie ou en pharmacie sur prescription médicale.

Les traitements médicamenteux

Le minoxidil fait partie des traitements médicamenteux souvent prescrits pour lutter contre l’alopécie. La chute cesse au bout de trois mois tandis que la repousse survient après six mois. Le traitement doit être suivi à vie, car son arrêt provoque immédiatement une nouvelle chute. L’alopécie chez la femme peut être traitée par l’acétate de cyprotérone et l’éthynilestradiol. Une intervention chirurgicale n’est envisageable qu’en dernier recours, car elle demeure assez contraignante même s’il s’agit d’une opération légère.

La chirurgie

Les méthodes chirurgicales les plus connues sont les techniques de la Follicular Unit Extraction et celle de la Follicular Unit Transplantation. La première consiste à prélever directement les unités folliculaires une par une puis à les transplanter sur une zone receveuse. Peu invasive et pratiquement indolore, cette méthode convient principalement aux petites surfaces dégarnies. Elle est longue à réaliser, mais limite le nombre de prélèvements.

En ce qui concerne la FUT, les greffes sont prélevées en bandelettes au niveau de la zone occipitale du crâne. Cette technique est adaptée aux calvities importantes, car elle permet d’obtenir un nombre plus élevé de greffons de qualité. L’intervention peut se dérouler en plusieurs séances et donne des résultats très naturels si le médecin respecte les règles d’implantation des unités folliculaires.

Il est conseillé de s’adresser à un dermatologue ou à un chirurgien figurant sur la liste de l’Ordre national des médecins avant d’appliquer un quelconque produit ou de se lancer dans une opération capillaire. En effet, il n’est pas rare que des personnes peu scrupuleuses profitent de la détresse d’un patient pour lui proposer des produits ou traitements miraculeux qui, au final, n’offrent pas le résultat escompté.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

0808

»