Chute de cheveux après un accouchement

Chute de cheveux après un accouchement

La grossesse entraîne de nombreuses modifications physiologiques qui continuent après l’accouchement. C’est le cas de la chute des cheveux, un phénomène très courant chez les jeunes mamans. Elles craignent alors de perdre leur principal atout séduction, mais heureusement, cette situation est réversible.

Les causes et les symptômes de l’alopécie post-partum

La chute de cheveux après l’accouchement ou alopécie post-partum est due à un trouble hormonal qui se traduit par la baisse de la production d’œstrogènes. 50 % des femmes sont concernées par ce phénomène compris dans la catégorie des chutes réactionnelles, par opposition aux chutes chroniques. La perte de cheveux durant cette période est accentuée par le stress ressenti par la maman face à ses nouvelles responsabilités, mais également face à un nouveau rythme de vie, source de fatigue et de manque de sommeil. Les carences ferreuses et vitaminiques induites par ces changements sont également responsables de cette alopécie.

L’alopécie post-partum se traduit par une importante chute des cheveux au sommet du crâne. Les cheveux restants sont ternes, fins et cassants. Cette chute peut durer jusqu’à 4 mois, voire 8 mois dans les cas les plus graves. Il est parfois inutile de suivre un traitement quelconque pour stimuler la repousse des cheveux, car les cheveux repoussent d’eux-mêmes lorsque les bouleversements hormonaux prennent fin.

Comment traiter une alopécie post-partum ?

alopécie post-partumLa chute des cheveux est inévitable chez la plupart des femmes. Il existe toutefois des moyens qui permettent de la ralentir. Il faut rappeler que la chute de cheveux après la grossesse est passagère. La tige capillaire meurt et tombe au bout de trois mois sans que la racine soit touchée. Le traitement à appliquer contribuera à activer la circulation sanguine au niveau des racines afin d’aider les cheveux neufs à pousser plus vigoureusement.

Si la personne concernée n’allaite pas, elle pourra prendre des compléments alimentaires riches en vitamines A, B et E, en magnésium ou encore en zinc. Ces oligo-éléments participent en effet à la formation et au renforcement de la kératine capillaire. Cependant, les compléments alimentaires ne sont pas recommandés en cas d’allaitement. Il vaut mieux adopter une alimentation équilibrée et variée. L’allaitement réduit considérablement la chute de cheveux. Mais si le phénomène persiste, on peut consommer une petite dose de levures de bière pour activer la lactation.

La prise d’une pilule contraceptive lors du retour de couche peut aussi stabiliser le cycle hormonal et la production d’œstrogènes. Cela aura pour effet de réduire la chute de cheveux et de favoriser rapidement la repousse.

La repousse peut également être stimulée par un massage du cuir chevelu, en prenant soin de ne pas le frictionner pour ne pas sensibiliser le cheveu déjà fragilisé. Placez vos doigts de manière à ce qu’ils soient en contact permanent avec votre cuir chevelu, puis effectuez des petits mouvements circulaires de la nuque vers le front. Vous pouvez réaliser ce massage sera réalisé au moment du shampooing ou de la pose d’un masque régénérant.

Toujours pour éviter une chute de cheveux trop importante et favoriser leur repousse, il faut bien choisir ses produits capillaires. Évitez les shampooings trop nourrissants qui risquent d’alourdir les cheveux. Ceux-ci vont en effet réagir à la loi de la pesanteur en tombant. Vous pouvez par exemple utiliser les produits de la marque Klorane, notamment son shampooing à la Quinine et aux Vitamines B ou encore son Baume après-shampooing qui ont un effet démêlant, évitant ainsi la tractation sur les cheveux. 

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

8938

»